A savoir sur l’alternateur pour mieux le comprendre

Le terme d’alternateur est historique, car avec le démarreur, les composants de l’éclairage du véhicule ont longtemps été les seuls consommateurs électriques d’une voiture. De nos jours, c’est bien sûr différent. Du système de divertissement avec GPS au chauffage des sièges en passant par la climatisation automatique, l’assistance à la conduite et l’appareil de commande pour la formation du mélange, pratiquement chaque système a besoin de suffisamment de courant. L’alternateur, également appelé générateur, produit ce courant et charge en même temps la batterie.

Structure et fonctionnement de l’alternateur

L’alternateur est généralement entraîné par une courroie trapézoïdale à nervures qui transmet la vitesse de rotation et le couple du vilebrequin à la poulie de l’alternateur et fait ainsi tourner l’arbre d’entrée de l’alternateur. Le mouvement de rotation fait passer des électroaimants à l’intérieur de l’alternateur devant la bobine extérieure et induit une tension. Afin que les inégalités de rotation du moteur n’endommagent pas l’alternateur et que l’usure de la courroie trapézoïdale à nervures ne prenne pas le dessus, la poulie de l’alternateur est conçue comme une roue libre, c’est-à-dire que la transmission de force ne se fait que dans un sens. Comme la tension générée doit être la même dans tous les états de fonctionnement, la puissance magnétique des électroaimants doit être adaptée à la charge par une tension d’excitation. C’est le régulateur de charge qui s’en charge. Enfin, un redresseur veille à ce que le courant alternatif généré soit transformé en courant continu : visitez ce lien https://www.mister-auto.com/alternateur/ pour en savoir plus.

Comment reconnaître un alternateur défectueux ?

Le premier indice d’un dysfonctionnement de l’alternateur est généralement l’allumage du voyant de la batterie ou des problèmes de démarrage lorsque la batterie ne peut pas fournir suffisamment de courant au démarreur. Pour s’assurer que les symptômes sont bien dus à l’alternateur, il faut procéder systématiquement et commencer par vérifier la tension de la batterie et la tension de charge de l’alternateur avec un multimètre. Pour la batterie, la valeur doit se situer autour de 12 volts. L’alternateur doit produire environ 14 volts lorsque le moteur tourne. Si ce n’est pas le cas, soit le régulateur de charge est défectueux, soit la ligne du courant d’excitation est endommagée. Une roue libre d’alternateur endommagée peut également entraîner une chute de tension. Elle est contrôlée à la main, doit déplacer l’arbre d’entrée dans un sens et ne doit pas présenter de résistance dans l’autre sens et, bien sûr, ne doit pas faire de bruit inhabituel ou présenter un jeu vertical. Les supports de l’alternateur sont également contrôlés à cette occasion.

Si tout est en ordre, on passe au câble entre le générateur et la batterie, dont on détermine la résistance. Une résistance supérieure à 1 ohm serait très inhabituelle. Pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une erreur de l’appareil de mesure, on peut comparer la valeur mesurée avec la valeur de résistance obtenue en tenant les deux pointes de pôle l’une contre l’autre. Si l’écart est plus important, il faut changer de ligne. L’étape suivante consiste à vérifier le régulateur de charge en mesurant la tension de charge de l’alternateur, même en charge. Elle ne doit ni chuter fortement ni monter en flèche, mais rester constante dans une plage d’environ 13,6 – 14,4 V. On peut aussi reconnaître les régulateurs de charge défectueux au fait que le voyant de la batterie s’assombrit parfois ou commence à scintiller sous charge. Si le régulateur de charge est accessible, il est possible de le démonter avec le contact coupé et d’examiner les broches de carbone. Elles doivent être poncées de manière régulière et bien sûr suffisamment grandes.

Peut-on réparer un alternateur ?

Si l’alternateur lui-même est défectueux, par exemple à cause de conducteurs corrodés, de contacts cassés ou de diodes endommagées, il est impossible pour un profane de le réparer. Mais même en tant que professionnel, il est préférable de miser sur un nouvel alternateur, car l’expérience montre que la durabilité des éventuelles mesures de réparation est généralement décevante. Opter pour un nouvel alternateur est généralement la meilleure alternative. Pour ne pas perdre le contrôle des coûts, il est recommandé de miser sur des produits de marque de qualité à un prix en ligne et d’acheter l’alternateur chez nous, par exemple.

A savoir sur l’alternateur pour mieux le comprendre

| Auto |