Récents scandales chez les constructeurs automobile : bilan

Le constructeur automobile allemand Volkswagen (VLKAY) a été englouti dans un scandale de tricherie de tests d’émissions pour faire croire que ses véhicules diesel sont respectueux de l’environnement.

Même si ce scandale a fait couler beaucoup d’encre, ce n’est une première dans l’industrie automobile. Dans un passé récent, d’autres constructeurs ont aussi fait des choses pas catholiques. Tour d’horizon.

Volkswagen

VW a été impliqué dans un scandale à cause de l’utilisation de dispositifs, qui ont permis de déjouer les tests de contrôle des émissions.

Il est accusé d’avoir peaufiné les moteurs diesel pour modifier les tests de pollution destinés à améliorer la qualité de l’air. Ce scandale a eu des répercussions négatives sur l’image du constructeur automobile et des milliers de véhicules ont été retirés du marché, à cause des particules atmosphériques toxiques déversées sur l’air (pour en savoir plus, consultez le blog auto VALK).

Volkswagen a été l’un des premiers constructeurs automobiles à payer des pénalités pour l’utilisation d’un « dispositif d’invalidation » de la pollution.

General Motors

Les commutateurs d’allumage défectueux de Chevrolet Cobalt et d’autres modèles construits par GM au cours de la dernière décennie ont causé au moins 124 décès et 275 blessés graves.

Les enquêtes menées par les organismes de réglementation ont révélé que les ingénieurs de GM savaient depuis longtemps que leurs véhicules présentaient une série d’erreurs. Ils ont généré des catastrophes ayant causé la perte de vies humaines et ont été rappelé qu’en 2014.

GM payé un énorme amende de 900 millions de $ pour régler des accusations pénales. La société a été mise sous surveillance pour ses pratiques frauduleuses en matière de sécurité au cours des prochaines années.

Des plaintes ont été déposées par les familles des victimes présumées et sont en instance devant les tribunaux américains.

Takata

En Novembre 2014, le fabricant japonais de pièces automobiles est devenu la cible d’une enquête du ministère américain de la Justice. Les résultats ont révélé que les coussins gonflables défectueux dans les véhicules de Takata avaient déjà fait plusieurs morts.

En Février 2015, les autorités de sûreté américaines ont exigé une amende de 14.000 $ par jour pour faire pression sur elle afin que Takata fournisse des informations à propos de ses airbags défectueux datant de plus d’une décennie.

Le propulseur chimique qui aide à gonfler les coussins gonflables, se déploient avec une telle force explosive, qui envoie des éclats de métal sur les conducteurs et les passagers. Cette anomalie a causé prés 8 morts et plus de 100 blessés dans le monde.

Récents scandales chez les constructeurs automobile : bilan

| Actualité |